Conseil d'Administration : CR du 16 janvier 2013

Sont présents

Arnold Serviole, Mounir Smail, Fabienne Gantin, Thierry Anthonioz, Anita et Daniel Tardy, Françoise et Michel Mouton, Renée Serviole, Elise et Jo Martinez, Marie-Hélène et Gérard Guerry, Marie Gouttard.

Ordre du jour lu par Arnold en début de séance à 19h :

I- la situation à l’orphelinat

II- l’affaire basket citoyen

III- les augmentations des salariés

IV- questions diverses

I) la situation

Lecture des mails d’ASA BF par Fabienne.

Saidou revient sur ses premières convictions et fait preuve de reconnaissance et d’ouverture.

Nous avons reçu l’enquête sociale sur le nouveau venu à l’orphelinat ; cet enfant était en grand danger donc son accueil a été un peu précipité.

Le directeur se disperse et n’envoie pas les rapports de manière régulière, mais suite à notre pression de ne pas envoyer l’argent, il s’est mis à jour.

Gros problème entre ASABF et le directeur. Celui-ci intervient sur tous les fronts et délaisse son travail de direction. Il a du mal à déléguer.

Voir mail de Bakary à Arnold, lu par Fabienne.

Il va falloir intervenir à nouveau auprès du Directeur pour que les enfants soient encadrés en toutes circonstances et bénéficient d’un rythme régulier, même en cas de d’événements particuliers.

Se pose à nouveau la question du temps de travail d’Apollinaire qui travaille 7 jours sur 7 : trouver un directeur adjoint ? Trouver un vacataire pour les jours où le directeur doit s’absenter.

Il faudrait aussi travailler avec Apollinaire sur une meilleure communication sur la distribution des tâches, les consignes. Ces difficultés à déléguer ont déjà été évoquées en différentes circonstances.

Par ailleurs ses propos grossiers à l’adresse de Bakary, ASABF, ne nous paraissent pas acceptables.

L’employée municipale ne vient qu’un jour par semaine pour s’occuper des enfants quand ils ne sont pas à l’école.

Il se posait la question d’embaucher une animatrice. L’action sociale nous réclame régulièrement de l’argent pour défrayer les visites dans les familles, auprès des enfants. L’encadreur aime bien faire ça, de la sorte il se promène sur sa mobylette et se fait défrayer, mais pendant ce temps il ne s’occupe pas des enfants.

Voilà qui explique pourquoi on pourrait embaucher une animatrice, parce que les défraiements de l’encadreur sont inscrits dans la convention signée. On ne peut donc pas y mettre un terme.

Ce poste d’animatrice prévoirait qu’elle soit présente à plein temps, logée et susceptible de seconder le directeur si nécessaire. Elle aurait juste un jour de repos.

L’idée serait de faire comprendre au directeur qu’il a des jours de congés définis et que ses activités extra professionnelles doivent avoir lieu ces jours-là.

Il apparait aussi un fonctionnement tout à fait typique de l’Afrique : manque d’initiative des cuisinières par exemple.

Sandrine Delacour, membre d’ASA France, s’est rendue à Peyiri  a fait un petit état des lieux et quelques préconisations pour trouver une issue au conflit opposant Apollinaire et ASABF. Elle a rédigé un compte-rendu détaillé qu’elle a remis à Arnold, lu aux parrains dans le cadre de cette réunion. Il y apparait qu’Apollinaire exprime, entre autres un manque de reconnaissance dans le cadre de ses rapports d’activité et une surcharge de travail.

Apparait également la question de la malnutrition des enfants : chaque personne s’étant déplacée à l’orphelinat a rendu un écho positif sur la nutrition, ce que confirme Arnold qui y a passé plusieurs séjours.

Rappel des missions et compétences du comité de pilotage et du comité de coordination (réuni une fois par trimestre). Nous ne recevons pas de rapport mais quelques informations.

Ne pourrait-on suggérer à Apollinaire de rédiger son rapport mensuel dans le cadre d’une réunion d’équipe ?

Y a-t-il un problème d’autorité chez Apollinaire ? Est-il écouté ?

Au niveau des cuisinières il serait bien de leur signifier que de ne pas nourrir les enfants, parce que les condiments sont attendus toute la journée, n’est pas acceptable.

Il est important de notre côté de couper court à toute rumeur.

Le bureau décide d’établir un courrier à l’adresse du directeur Apollinaire pour :

-          Lui repréciser ses fonctions

-          Lui suggérer de développer des réunions régulières avec les salariés

-          Lui indiquer que la situation susmentionnée nous parait inadmissible : insultes, manque d’initiative des cuisinières

-          Lui signifier que nous réfléchissons à la possibilité de lui attribuer un jour de congés hebdomadaire et l’embauche d’une animatrice susceptible de le seconder et de remplacer l’encadreu  

II) l’affaire basket citoyen

Un terrain de basket a été commencé par BC sur le terrain de l’école de Peyiri comme on l’avait préconisé, depuis le début du projet.

Avocat a précisé que BC a cessé son action à Peyiri et que l’association « Gérard Sabarly    prétend ne plus vouloir s’occuper de l’orphelinat.

Nous sommes prêts à négocier mais il nous faut :

-          Déclaration écrite

-          Dédommagement (déplacement en Afrique)

-          Remboursement des frais d’avocat (3000 euros)

III) les augmentations

Déclarations des salaires :

-          Le directeur est  déclaré parce qu’il est au SMIC

-          Les autres déclarations sont en cours

Augmentations :

Les salariés ont été augmentés régulièrement chaque année.

On constate d’ailleurs de nombreux efforts de la part des nourrices et des cuisinières, au niveau de l’hygiène notamment. Le jardinier aussi a fait des efforts pour diversifier les plantations.

Arnold évaluera la situation au cours de son prochain séjour à Peyiri (du 15 février au 1er mars 2013) Le bureau décide d’augmenter les salaires mais décidera du montant de l’augmentation.

La dernière augmentation des salaires a eu lieu au printemps dernier.

Recrutement de l’encadreuse : le recrutement va être lancé de manière à ce qu’Arnold puisse le finaliser lors de son séjour.

IV) questions diverses

Adhésions :

Nécessité de faire des cartes d’adhérents pour l’année 2013

Faut-il faire payer une adhésion ?

Séjour à Koudougou :

Appel à des parrains volontaires pour se rendre sur place.  Certains parrains évoquent leur envie de partir mais s’interrogent sur leurs compétences à être efficaces sur place.

Organiser un petit groupe pourrait être intéressant.

Recrutement de nouveaux parrains :

Toujours besoin de renfort et de soutien financier.

En cas de personnes intéressées par notre projet, les inviter à envoyer un mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La séance s’achève à 21h20.