visite de l'orphelinat

Les dortoirs :

                         


Quatre dortoirs peuvent accueillir de huit à dix pensionnaires chacun.
De part et d’autre se situent deux salles de toilettes (lavabos et deux douches).
Actuellement deux dortoirs sont carrelés.

 les dortoirs

 

La cuisine :

Construite à l’africaine, à l’écart des autres bâtiments, la cuisine est constituée d’une salle de préparation et de cuisson et d’un magasin.

 

Le bâtiment administratif :

Situé à l’entrée du site, il comporte cinq pièces. Une chambre pour les éducateurs,  une infirmerie, le bureau du directeur, le logement du gardien et un magasin.

 

La maison du directeur :

Dernière construction réalisée, elle est composée de trois pièces ventilées avec une douche, une cuisine en extérieur et une petite terrasse. Il est primordial que le responsable du site vive sur place.

 

La paillote :

Elle a été construite en 2007 par de jeunes travailleurs handicapés en mission au BURKINA. Elle permet aux enfants de s’abriter du soleil et de la pluie pour les repas ou les instants récréatifs.

 

Le château d’eau, l’énergie :

Le château d’eau s’aperçoit de loin, en arrivant près du site. Il contient dix mètres cube d’eau et se remplit en deux heures grâce à une pompe solaire. Il suffit à alimenter l’ensemble des bâtiments (éviers, lavabos, douches).
Quatre points d’eau (robinets au débit satisfaisant) sont répartis sur le site. Celui qui se situe à l’entrée est  ouvert aux villageois qui viennent s’y approvisionner. Chacun veille à ce qu’il n’y ait pas de gaspillage.

le château d'eau

 

L’orphelinat dispose d’un groupe électrogène mais celui-ci n’est que très rarement utilisé par souci écologique et économique. La production d’électricité est  assurée par des panneaux photovoltaïques et des batteries.

 

Les aménagements 

 

Le potager :

 

Un potager de neuf cents mètres carrés a été mis en place.
On y cultive : oignons, salades, tomates, piments, aubergines, choux etc. Le trop plein du château d’eau a été acheminé vers le potager où il est stocké dans une cuve de sept mètres cubes. Cet aménagement conjugué à l’ensoleillement abondant permet de bonnes récoltes. Un compostage et un apport en engrais biologique sont en exploitation. Le jardin est entouré d’un grillage qui le protège des animaux.

 

  

Le verger :

Une vingtaine de manguiers est en terre et protégée des animaux. Ils ont déjà donné une récolte. Des manguiers précoces et tardifs sont prévus afin d’étendre au maximum la période de cueillette. Deux orangers et un citronnier poussent également. Les figuiers n’ont pas résisté aux termites, mais d’autres arbres sont plantés : ils sont importants car ils apportent ombrage et fruits frais.
Dans l’enceinte du potager poussent papayes et bananes.

 

 

Le terrain

Les deux hectares de terrain sont nettoyés et désherbés régulièrement, précaution nécessaire pour se protéger des reptiles.
Une haie d’acacias parsemée de plantes qui éloignent les serpents a été terminée en 2012 et sera pleinement efficace en 2014.

 

Le poulailler :

 

 

 

Le premier coq a été offert par un chef de village. D’autres poules ont été achetées par la suite. Les salariés Macaire et Henri ont construit un poulailler en « banko » (briques constituées de terre et de paille.) L’élevage se porte bien.